F1 — Affaire Racing Point : Mercedes pourrait aussi être coupable selon Horner

Racing Point Horner Mercedes
Christian Horner a soulevé un problème important auquel la FIA n'a pas encore répondu. RED BULL.

Découvrez notre newsletter !

Partagez cette info :

Total
0
Partages

La FIA a sanctionné Racing Point pour ses écopes de frein, mais Christian Horner (Red Bull) se demande si Mercedes, en tant que fournisseur, ne pourrait pas être aussi sanctionné.

L’affaire est loin d’être finie. Et la réflexion qu’apporte le patron de Red Bull mérite d’être posée aux autorités compétentes. Si Racing Point a bel et bien été sanctionnée pour ses écopes de frein, calquées sur celles de Mercedes, Christian Horner se demande si le fournisseur — qui est donc l’écurie allemande — ne pourrait pas être inquiété également dans cette affaire.

La FIA a jugé que les pièces apportées par Racing Point sur sa monoplace respectaient le règlement technique, mais pas sportif. En 2019, Mercedes avait fait parvenir certaines données de ses écopes de frein à son compère britannique, à une période où ce genre d’échange de pièces n’était pas encore proscrit. Mais désormais, chaque constructeur doit apporter les pièces listées sur sa monoplace.

Et cette problématique soulève effectivement quelques questions sur le rôle qu’a pu jouer Mercedes dans cette affaire, d’autant que Red Bull est propriétaire à 100% de deux écuries du paddock, et pourrait être directement concerné par les futures décisions de la FIA.

Sur ce point-là, Christian Horner le patron de la firme autrichienne, demande plus de clarté :

«C’est un cas intéressant. Le principal pour nous est que nous voulons une clarté absolue quant à ce qui sera ou non autorisé à l’avenir. Red Bull est dans une position unique puisque nous sommes propriétaires à 100% de deux écuries de Formule 1.»

«Nous avons toujours respecté strictement la réglementation depuis que les derniers Accords Concorde ont rendu les règles du statut de constructeur très, très claires. Pour nous, cette affaire va au-delà des écopes de frein, il s’agit de savoir ce qui est autorisé d’un point de vue philosophique et ce qui ne l’est pas.»

«En ce qui concerne Mercedes, je suis certain que ces questions vont être posées, car si l’écurie en question est coupable d’avoir reçu quelque chose, on imagine que l’écurie qui a fourni ces éléments a également enfreint cette réglementation ? C’est une question pour la FIA.»

Helmut Marko a expliqué au micro de la Sky allemande que Red Bull n’a pas fait appel de la décision car bon nombre d’écuries l’avaient déjà fait, mais la firme autrichienne souhaite «avoir plus de clarté sur le sujet car le résultat n’est pour le moment pas satisfaisant.»


Partagez cette info :

Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Suivez-nous sur Instagram