Michael Masi défend le retard des commissaires sur les décisions au Qatar

Le directeur de course de la FIA, Michael Masi, a défendu le temps nécessaire aux commissaires sportifs pour annoncer les décisions les week-ends de course. 
@Red Bull Racing

Partagez cette info :

Total
48
Partages

Lors du GP du Qatar le week-end dernier, il a fallu plus de 21 heures depuis la fin des qualifications avant que les décisions finales ne soient annoncées après que Max Verstappen , Carlos Sainz et Valtteri Bottas aient été accusés du non-respect d’un drapeau jaune.

À l’issue des qualifications à 18h heure, les convocations des trois pilotes ont été émises entre 20h37 et 21h40, leur demandant de se présenter devant les commissaires sportifs le lendemain après-midi entre 13h et 13h45.

Les décisions ont ensuite été publiées entre 15h16 et 15h35, la dernière n’arrivant que 45 minutes avant l’ouverture de la voie des stands et le départ des voitures vers la grille pour la course.

Le temps pris par les commissaires du GP du Brésil pour examiner le droit de révision demandé par Mercedes dans l’ incident Lewis Hamilton / Max Verstappen a suscité des commentaires au cours du week-end au Qatar. Tandis que le cas de l’aileron arrière d’Hamilton au Brésil a également vu une longue attente avant que la sanction ne soit confirmée.

Masi insiste sur le fait que le traitement des décisions prend du temps en raison de la nécessité d’inclure des explications complètes.

“Vous avez tous toujours demandé plus de description dans les décisions plutôt que de simplement dire que cette personne est coupable ou que cette personne n’est pas coupable”, a‑t-il déclaré.

“En fait, vous voulez autant que possible comprendre le processus qui a été suivi. Parfois, s’il y a des types de cas similaires, comme vous le voyez tous, les commissaires sportifs essaient évidemment d’écrire leurs décisions, que ce soit le week-end dernier ou ce week-end.”

«Comme vous le savez tous, il faut du temps pour les parcourir, les rédiger, les écrire et les réécrire. C’est une partie, l’autre partie est que les équipes doivent avoir la possibilité de présenter leur cas. Vous devez donc également en tenir compte avec les sessions et tout le reste. Ce n’est donc pas simple.”

«Parfois, je pense que les stewards seraient heureux d’écrire simplement : “cette personne a enfreint les règles” et la fin de l’histoire, mais nous reviendrons quelques années en arrière et vous avez tous dit que vous vouliez plus de descriptions.”

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Suivez-nous sur Instagram