F1 — La sortie de piste en Hongrie de Verstappen (Red Bull) expliquée par Christian Horner

Horner Red Bull Hongrie Verstappen

Découvrez notre newsletter !

Partagez cette info :

Total
0
Partages

Christian Horner, le patron de l’écurie Red Bull, est revenu en détails sur la sortie de piste de Max Verstappen lors de son tour de mise en grille en Hongrie. Un incident qui peut interroger pour un tour si lent.

L’ascenseur émotionnel Max Verstappen a encore fait des siennes. Alors que le Néerlandais vient d’enchainer un deuxième podium consécutif en trois courses, son Grand Prix de Hongrie aurait pu basculer avant même qu’il n’ait démarré. Lors de son tour de mise en grille, le pilote Red Bull est allé s’encastrer dans les barrières de sécurité après un blocage de roue, peu commun lors d’un tour si «lent». Mais cet incident de Verstappen en Hongrie n’était pas complètement irresponsable, comme le révèle Christian Horner le patron de Red Bull.



L’équipe de Max Verstappen avait de quoi se réjouir après une telle performance, conclue à la 2e place en Hongrie.

«Personne n’en croyait ses yeux lorsqu’il est sorti de la piste et a heurté les barrières.»

«Il attaquait pour chercher où était le grip et essayait de synchroniser le huitième rapport en allant vers le virage 12, et il faut être à fond pour effectuer cette synchronisation», explique-t-il. «Le circuit était plus glissant que ce qu’il pensait et les pneus étaient plutôt froids, personne n’en croyait ses yeux lorsqu’il est sorti de la piste et a heurté les barrières.»

«Heureusement, il a réussi à maintenir le moteur en marche et à repartir. Nous ne savions pas quelle était l’étendue des dégâts et il a fallu décider rapidement s’il fallait le faire rentrer au stand. Nous avons décidé de l’envoyer sur la grille pour voir si nous pouvions faire le travail de manière à ce qu’il ne perde pas sa position.»



C’était sans compter sur une nouvelle performance des mécaniciens Red Bull, qui ont effectué en 20 minutes, un travail qui en nécessite 1h30 en temps normal. Un exploit de taille, qui a surtout permis au Néerlandais de s’élancer de sa position de départ (il était 7e sur la grille) avant de signer un envol canon qui l’enverra troisième dès le premier virage :

«Ce qui est amusant, c’est que ça ne me stressait pas. Je me suis dit que si quelqu’un pouvait réparer, c’étaient bien nos mécaniciens. Il faudrait être un pianiste sensationnel pour pouvoir travailler avec vos mains dans l’espace dont ils disposent, tant ces voitures ont un design resserré. Les autres mécaniciens sur la grille ont applaudi nos gars. C’était le summum du travail d’équipe, les voir tous travailler ensemble contre la montre et réussir à faire le travail.»

Une performance de haute volée, mais ce n’était pas tout puisque les mécaniciens ont du se remobiliser pour la course :



«Ils ont fait du bruit dans le garage, puis évidemment ils ont dût se calmer car ce sont les mêmes mécaniciens qui font les arrêts au stand et ils ont fait l’arrêt le plus rapide en course pour la troisième fois de suite. C’était une performance collective phénoménale.»

La deuxième place de Verstappen, mais surtout la victoire de ses mécanos, c’est ce qu’on retiendra de cette course en Hongrie.

«Vous m’avez sauvé la journée les mecs.» — Max Verstappen a ses mécaniciens après la course.


Partagez cette info :

Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Suivez-nous sur Instagram