F1 — Grand Prix Styrie : Hamilton s’impose, Ferrari dans la tourmente

Grand Prix Styrie Hamilton

Découvrez notre newsletter !

Partagez cette info :

Total
0
Partages

Lewis Hamilton s’impose tranquillement lors du Grand Prix de Styrie devant Valtteri Bottas (Mercedes) et Max Verstappen (Red Bull). Les deux Ferrari ont toutes deux abandonnées dès le premier tour.

Cette deuxième bataille sur le Red Bull Ring de Spielberg a été bien moins intense que la semaine dernière. Difficile de faire mieux cependant. Lewis Hamilton s’impose tranquillement lors du Grand Prix de Styrie. Pourtant, la course avait démarré sur les chapeaux de roues après le contact et l’abandon conjoint des deux Ferrari dès le premier tour. Charles Leclerc, en tentant un dépassement osé, a arraché l’aileron arrière de son coéquipier, ainsi que son propre fond plat.



«J’ai fait le con, je ne peux qu’assumer. Ce n’était pas le moment en plus, et aujourd’hui, j’ai tout foiré.»

Catastrophe chez Ferrari

Après une course noire la semaine dernière, Lewis Hamilton a voulu remettre les pendules à l’heure lors de ce deuxième Grand Prix de la saison. Le Britannique a vécu une course très tranquille, et s’impose largement devant Valtteri Bottas et Max Verstappen : «C’était une course fantastique, explique le sextuple champion du monde. J’ai déjà hâte de remonter dans la voiture la semaine prochaine.» Il s’agit du premier doublé de la saison pour Mercedes.

Pour la Scuderia Ferrari, la course n’aura duré que deux virages. Parti en quatorzième positions sur la grille de départ, Charles Leclerc a tenté le tout pour le tout. Malheureusement, le Monégasque a heurté le vibreur intérieur du virage 3 avant de monter sur la monoplace de son coéquipier. Avec un aileron arrière arraché pour Vettel, et un fond plat en sale état pour Leclerc, l’abandon était inéluctable. Quelques minutes après l’incident, Charles Leclerc s’est entretenu avec son coéquipier, avant d’assumer sa faute au micro de Canal :



«C’est clairement de ma faute. J’ai fait le con, je ne peux qu’assumer. Ce n’était pas le moment en plus, et aujourd’hui, j’ai tout foiré. Je prends la responsabilité totale de cet accrochage, assume le Monégasque. Il (Sebastian Vettel) m’a dit que c’était des conditions difficiles. Il n’avait pas d’endroit où aller, mais les excuses ne remplaceront pas les points ce week-end.»

 

Lando Norris, le magnifique dernier tour

Au terme d’une course plutôt calme, les Racing Point se sont bien repris après des qualifications décevantes hier. Dix-septième sur la grille, Sergio Perez était déchainé et termine ce Grand Prix au sixième rang, juste derrière Lando Norris, dont l’attaque dans le dernier tour sur les deux monoplaces roses a été fatale.

Le Mexicain dont l’aileron avant fut abimé par un contact avec Alexander Albon quelques virages plus tôt, a été repris de justesse par le Britannique dans le dernier virage, après avoir réglé le cas Lance Stroll au virage 4. Quel dernier tour !



Pour nos français, la course était loin des espoirs nés hier en qualifications. Esteban Ocon, impérial hier sous la pluie, a été contraint à l’abandon pour un problème de refroidissement sur sa monoplace. Le Normand, parti en 4ème position, n’a pu exploiter pleinement sa monoplace aujourd’hui.

Seulement quinzième à l’arrivée, Pierre Gasly (Alpha Tauri) a vécu un dimanche lui aussi compliqué, après un départ accrocheur : «C’était compliqué pendant toute la course. Je me suis fait tapé par Daniel Ricciardo, j’ai faillit partir en tête-à-queue. Et derrière, c’était vraiment difficile.»

Le classement du Grand Prix de Styrie :


Partagez cette info :

Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Suivez-nous sur Instagram