Mercedes Classe C (2021) : la petite C joue les grandes S

Après les Classe S et Classe E, il était logique d’avoir une évolution de la Classe C. La plus petite berline du trio se renouvelle et fait le plein de technologies, aussi bien à l’intérieur que sous son capot. 

Découvrez notre newsletter !

Partagez cette info :

Total
0
Partages

C’est une histoire qui remonte à 1982. À l’époque, la Classe C ne s’appelait pas encore Classe C. La plus petite berline du catalogue était dénommée 190. Connue sous le nom de code W201, cette tentative de la part de Mercedes de rendre sa gamme accessible semble avoir eu l’effet escompté. Si tel n’avait pas été le cas, la W206 n’aurait pas vu le jour. Déjà six générations pour celle qui est devenue Classe C en 1993 avec la W202.

Le moins que l’on puisse dire au premier regard, c’est que cette nouvelle mouture perpétue la tradition d’un dessin sobre, quoiqu’un brin plus incisif. Les rondeurs du modèle remplacé sont abandonnées pour des lignes plus tendues.

Les phares sont subtilement froncés, la calandre béante incruste toujours en son centre la grande étoile. Sur la finition AMG, la grille de calandre peut être décorée par des petites étoiles chromées à trois branches.

La poupe s’inspire, elle aussi, de la Classe S avec des feux triangulaires. Pour le reste, la silhouette semble esthétiquement proche de celle du modèle mis à la retraite, si ce n’est qu’elle s’est allongée de 6,5 cm. La longueur totale culmine donc 4,75m. La largeur gagne 1 cm pour atteindre 1,82m.

Un intérieur encore plus huppé et plus accueillant

Avec une planche de bord reprise du fleuron de la marque, la Classe C mérite amplement l’affectueux surnom de Baby S. Une grande dalle flottante tactile de 11,9 pouces trône au centre de l’ensemble. Surmontée d’aérateurs ronds, elle sera proposée de série.

Face au conducteur un combiné numérique personnalisable de 12,3 pouces prend place, de série également. Pour une dotation complète, il sera possible d’opter, en option, pour un affichage tête haute.

Avec toute cette armada d’écrans, les commandes physiques ont quasiment disparu. Le volant reste la terre d’accueil de ces éléments chassés par la technologie. Malgré tout, ils sont aujourd’hui purement sensitifs. La commande vocale remplace également les boutons. Cette nouvelle Classe C va donc bien évidemment profiter du MBUX et de son interface avec laquelle un simple « Hey Mercedes » suffit à engager la conversation.

Les 6,5 cm ajoutés à la longueur totale ont offert 3 cm à l’empattement. Les passagers arrière profitent donc de 2 cm d’espace aux jambes supplémentaires. Le coffre de la berline n’évolue pas avec une capacité d’accueil de 455 litres. De son côté le break gagne 30 litres pour offrir 490 litres au total (1 510 litres banquette arrière rabattue).

Un esprit High Tech prononcé

Outre les écrans présents dans l’habitacle, la Classe C fait le plein de technologies et d’assistances. La navigation en réalité augmentée pourra être choisie, tout comme la reconnaissance par empreintes digitales permise par le système MBUX. Une fonctionnalité destinée à protéger les données du conducteur.

Ce fameux système peut aussi être paramétrable avec votre domicile (MBUX Smart Home) et peut permettre de gérer la température intérieure ou encore les stores électriques. La sécurité est également plus poussée avec l’ajout d’un airbag entre les sièges avant.

Un catalogue de moteurs réduit

« Ô rage, ô désespoir » s’écrient les plus passionnés. Devant l’annonce d’un abandon du V8 sur la sportive C63 AMG, il restait une lueur d’espoir au sujet d’un éventuel V6 conservé dans la gamme. Des attentes craintives balayées lors de la présentation du nouveau modèle.

La future Mercedes-AMG C63 pourrait developper jusqu’à 600 ch

La Classe C ne referme à présent que des 4‑cylindres tous associés à un alterno-démarreur de 48V. Au lancement les clients pourront opter pour l’essence 1.5l 204 ch et 300 Nm de la C200.

Pour le diesel il sera possible de choisir entre le 220d et le 300d. Ces deux 4‑cylindres 2.0l offrent respectivement 200 ch et 265 ch. Tous les « moulins » sont associés à la boite automatique à 9 rapports 9G-Tronic.

Le catalogue devrait être complété plus tard avec les blocs essence C 180 (170 ch) et C 300 (258 ch). La transmission intégrale 4 Matic n’est pas encore proposée mais ne devrait pas tarder à faire son retour.

Une autonomie de 100 km en tout électrique

Pour épauler les motorisations micro-hybridées, une hybride rechargeable est présente. Dénommée C 300e, elle cumule le moteur de 204 ch de la C 200 et un moteur électrique de 129 ch. Au total 313 ch sont présents avec une batterie de 25,4 kWh.

L’autonomie annoncée en 100% électrique est de 100 km avec une vitesse d’exécution jusqu’à 140 km/h avant que le quatre-cylindres prenne le relais. Il est fort probable de retrouver plus tard une hybride diesel.

Au chapitre des améliorations techniques, Mercedes annonce avoir travaillé sur l’amortissement et propose toujours en option la suspension pneumatique pour les plus douillets (de série sur l’hybride-rechargeable). Petite nouveauté : les roues arrière sont dorénavant directrice (en option).

Rendez-vous dès cet été pour découvrir les premiers exemplaires. Les commandes s’ouvriront vers le 30 mars.


Partagez cette info :

Total
7
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Suivez-nous sur Instagram