F1 — Ferrari, la saison, Binotto, ses ambitions : Leclerc se confie

Charles Leclerc est revenu, dans un long entretien pour L’Équipe, sur sa saison chez Ferrari, ses ambitions et le futur. 
Leclerc Ferrari saison
@ScuderiaFerrari

Partagez cette info :

Total
1
Partages

Récent vice-champion du Monde, Charles Leclerc a accordé une interview au quotidien sportif l’Équipe. Le Monégasque revient sur sa saison 2022, les performances de sa Ferrari ou encore l’objectif d’ajouter son nom à la liste des champions de la catégorie.

Malgré une saison marquée par la frustration après des débuts prometteurs, le pilote Ferrari retient le positif : «Nous sommes redevenus compétitifs. Les deux dernières années étaient frustrantes. Cela fait vraiment plaisir d’être de nouveau dans la bataille pour les premières places et les victoires».

Avec ses victoires à Bahreïn, en Australie et Autriche, Charles Leclerc se sentait capable de se battre pour le titre : «Je n’étais pas inquiet. Je savais que si j’avais une voiture performante, je pourrais me battre à nouveau pour des victoires. C’était plus une surprise que ça arrive déjà cette année».

Les erreurs en piste et sur le muret des stands…

Au cours de la saison 2022, Charles Leclerc a perdu de gros points en raison de sorties de piste. Le pilote évoque ces moments compliqués.

«Monaco restera le moment le plus douloureux».

«Émotionnellement, il y a eu beaucoup de hauts et de bas», déclare le pilote de 23 ans sur sa saison 2022.

Il poursuit : «Notre début de saison a été presque parfait. Les premières courses étaient très bonnes. Le milieu de saison a été très compliqué avec beaucoup de problèmes au niveau moteur, des pénalités et des soucis de stratégies, ce qui fait qu’on ne soit jamais arrivé à concrétiser la performance de la voiture. Et à la fin de la saison on s’est retrouvé un petit peu en dessous, comparé à Red Bull ou à Mercedes». Une situation qui peut s’expliquer par l’arrêt du développement, assez tôt, de la F1-75 cette saison.

Charles Leclerc explique également ce qui a fait défaut à Ferrari durant cet exercice 2022, notamment ses erreurs en course et les stratégies de l’équipe : «Les deux ont été compliquées à vivre. D’un côté, quelque chose que je contrôle : les erreurs en piste quand on pousse, ce sont des choses qui arrivent. On le sait en tant que pilote, mais ça ne rend pas la chose moins frustrante. Surtout à Imola».

«Mais au Grand Prix de France ce fut plus dur : j’en ai perdu 25 et ce n’était pas bon. Surtout à ce moment de la saison. On était encore dans la course pour le championnat et ça a fait mal».

Monaco restera le moment le plus douloureux. Encore un Grand Prix à la maison qui ne s’est pas bien passé. D’autant plus qu’on avait fait le plus dur avec le début de course sous la pluie. Mais en faisant les mauvais choix, on a perdu la course”, admet le pilote Ferrari.

Des changements nécessaires à venir chez Ferrari ?

Alors qu’une potentielle arrivée de Frédéric Vasseur a fait du bruit dernièrement, Leclerc reste mesuré : «Pour l’instant, cela reste des rumeurs. En F1, il y en a toujours ; et chez Ferrari, encore plus… J’ai appris à ne pas trop y penser et à ne pas les commenter».

«Il faut toujours du changement dans une écurie de F1, dans le sens ou dans la façon dont on prend la décision, par exemple», explique Leclerc avant de poursuivre : «On a montré sur certaines courses qu’on prenait trop de temps à prendre des décisions ou qu’on n’arrivait pas à prendre la bonne. Il faut qu’on s’améliore. Donc oui, il faudrait changer cela, la manière, le processus pour arriver à la bonne décision».

«Les gens ne se rendent pas compte du tout du peu d’informations qu’on a dans la monoplace.»

Le Monégasque est revenu sur son image de pilote qui ne remet pas en cause les décisions de son équipe en course : «Je pense clairement qu’il y a une très mauvaise interprétation. De l’extérieur, les gens ne se rendent pas compte du tout du peu d’informations qu’on a dans la monoplace. En tant que pilote, pour gagner le championnat un jour, ce n’est pas en prenant les décisions de la voiture, en ayant 5 % des infos que possèdent les stratèges que j’y arriverais, mais en récupérant les informations de la murette. C’est comme ça qu’on gagnera».

Le futur

La saison prochaine, la Scuderia visera les titres pilote et constructeur. Charles Leclerc attend, par conséquent, des améliorations tant sur la voiture que dans l’équipe : «Il y a trois choses sur lesquelles il faut vraiment qu’on se concentre pour être meilleurs l’an prochain : la fiabilité, la gestion des pneumatiques et surtout, la communication et la stratégie en course qui sont liées».

«Mon objectif, c’est de gagner avec Ferrari.»

Charles Leclerc évoque également les appels du pied de Toto Wolff (Mercedes) alors que son contrat expire dans 2 ans : «2024, c’est quand même dans longtemps. Ferrari a toujours été mon rêve. Mon objectif pour l’instant, c’est de gagner avec Ferrari. Ensuite, on verra».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Suivez-nous sur Instagram