Essai Peugeot 208 GT Line : que vaut la citadine la plus vendue en France ?

Un an après son arrivée sur le marché, la Peugeot 208 deuxième du nom fait clairement l’unanimité. Numéro 1 des ventes en France en 2020, la nouvelle citadine laisse loin derrière sa concurrente de toujours : la Clio. Alors, la lionne vaut-elle vraiment son engouement ? La réponse dans cet essai ! 

Découvrez notre newsletter !

Partagez cette info :

Total
28
Partages

Aujourd’hui, c’est elle qui est en tête des ventes. Avec ses 73.522 exemplaires vendus dans l’hexagone depuis le début de l’année 2020, la Peugeot 208 II a réussi à séduire un large public. Avec un nouveau style sportif clairement affirmé, la citadine française montre les crocs face à ses nombreuses adversaires.

Et cette nouvelle génération de la 208 avait fort à faire ! Lancée à la même période que son éternelle rivale, la Renault Clio 5, cette fois-ci, la citadine du lion devait obligatoirement s’octroyer la première place du podium. Alors, les designers ont mis le paquet avec un look totalement inédit.

Sans conteste, à l’extérieur, la nouvelle 208 est vraiment réussie. De par son look agressif et ses courbes aiguisées, le modèle se démarque de ses concurrentes devenues trop conventionnelles. À l’avant, les feux en dents de lion, initiés par sa grande soeur 508, lui vont à ravir !

Auto-Live / Un look inédit assez sportif !

Munie d’une grosse calandre, la bouille de la Sochalienne est expressive. Sur notre modèle d’essai disposant de la finition GT Line, la plus haute de la gamme, la citadine monte d’un cran. Jantes de 17 pouces, éléments de carrosserie noirs, le tout lui offre un vrai style de bombinette.

Et l’arrière ne déroge pas à la règle ! La petite prend exemple sur la grande à l’image du bandeau lumineux reliant les deux optiques. Tandis que plus bas, la double sortie d’échappement floquée au bouclier bascule la citadine vers un peu plus de sportivité.

Plus basse que sa devancière, la 208 grandit de 9 cm et mesure désormais 4,06 m. Pas de quoi inquiéter sa progression en ville, on y reviendra plus tard.

Une ambiance 2.0

Tout comme à l’extérieur, la nouvelle 208 fait un bon dans le futur avec un habitacle ultra tech ! Une fois installé à bord, le iCockpit de l’instrumentation vient se mêler à un univers moderne.

Sur notre modèle d’essai, la console centrale opte pour des touches de noir brillant. À ce niveau, on retrouve la commande des modes de conduite plutôt bien pensée. On notera tout de même la présence de plastiques bruts sur seulement quelques éléments, comme les panneaux de portes.

Plus haut, l’écran de 10 pouces dispose logiquement des fonctions Apple CarPlay, Android Auto et Mirror Link.

Bien que plus étroit par rapport à la 508, l’espace à bord se profile un peu plus et ne donne pas la sensation d’être étriqué, malgré un pare-brise assez incliné. Toutefois, on regrette le manque de couleur des matériaux. L’ensemble est un peu trop fade à notre goût…

Pour les passagers arrière, les places offrent un espace aux jambes correct. Le volume de coffre de 264 litres fait petit, et une fois la banquette rabattue, une grosse marche peu pratique apparaît… Mais n’oublions pas que c’est une citadine !

Une citadine presque dynamique !

Sous le capot de notre modèle d’essai, la Peugeot 208 dispose du bloc le plus puissant de la gamme à savoir le petit 3‑cylindres 1.2l PureTech de 130 ch. Ce moteur déroule un couple généreux de 230 Nm à 1 750 tours/min. Sur le papier, ses performances restent convenables avec un 0 à 100 km/h abattu en 8,7 secondes. La vitesse maxi est quant à elle fixée à 208 km/h.

Il faut avouer que ce bloc n’est pas un foudre de guerre. Mais associé à la boîte automatique EAT8 douce et réactive, le mariage s’avère être plutôt efficace. Mode confort enclenché, la 208 se montre à l’aise en ville.

Grâce à ses suspensions souples, sa direction précise et son petit gabarit, la citadine fait face à la jungle urbaine sans difficulté. À faible vitesse, le bloc est silencieux et agréable. Avec une conduite légère, la consommation varie entre 6 et 7 litres. Un score qui reste convenable pour une motorisation essence.

Auto-Live / Avec son réservoir de 44 litres, la 208 affiche un autonomie de 600 km tous pleins faits.

Mais c’est une fois sortie de l’univers citadin, que l’on découvre le potentiel de ce 3‑cylindres. Sur l’autoroute, les relances sont à la fois franches et douces. Tandis que les suspensions font une fois de plus le travail. La nouvelle 208 revendique clairement ses attributs de « petites routières ». Doté de sièges en cuir offrant une bonne assise et un maintien satisfaisant, la citadine française peut facilement avaler des kilomètres de bitume !

Enfin, une fois sur des petites routes de campagne, on tente de hausser le rythme. Et la 208 répond présente ! Avec un nouveau châssis efficace, la petite lionne vire à plat à chaque virage. Le train avant est précis. On regrette en revanche des suspensions trop souples. Rappelons tout de même que la citadine ne bénéficie pas d’un amortissement piloté.

Bien équipée et donc un peu chère…

Vous l’aurez compris, cette nouvelle Peugeot 208 fait le plein de nouveautés. C’est le même constat en terme d’équipements. Notre finition GT Line bénéficie de nombreuses options. Elle intègre tous les équipements de sécurité comme les les feux à allumage automatique ou encore la reconnaissance des panneaux. Tandis que les feux full LED, la climatisation auto, l’instrumentation numérique 3D configurable et d’autres éléments participent à la facture.

Mais avec cette dotation ultra complète, la deuxième génération de la 208 le fait forcément payer au moment de passer à la caisse. Dans sa version GT Line et dotée du bloc 1.2 PureTech 130 ch, la citadine demande 26.300 euros. C’est 2.000 euros de plus que la Renault Clio R.S Line et 5 000 € au-dessus d’une Fiesta Vignale. C’est aussi 1.500 de plus qu’une Vokswagen Polo d’entrée de gamme. Certes, mais il faut avouer que la 208 est la plus sexy de toutes !

Notre verdict

Cette nouvelle 208 nous a fait bonne impression ! Avec son look inédit plutôt réussi, la citadine met le paquet à l’extérieur ! Mais Peugeot ne néglige pas l’habitacle. Résultat, l’ambiance moderne et techno s’harmonise parfaitement avec son design. Malgré son gabarit en hausse par rapport à la génération précédente, l’espace à bord n’évolue pas.

Du côté de son comportement, la 208 se révèle être rassurante. Bien campée sur ses jolies jantes 17 pouces, la citadine évolue dans tous les environnements sans problème. Le bloc 3‑cylindres 1.2l PureTech de 130 ch offre de bonnes relances tout en conservant un agrément de conduite sobre. Alors oui, avec son look et son univers techno, d’après nous, la nouvelle Peugeot 208 mérite son engouement.

Les notes de la rédaction sont juste en dessous ! ⬇ 


Partagez cette info :

Total
28
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Lire l'info

Essai Volkswagen Golf 8 : toujours devant ses rivales ?

Malgré un lancement largement impacté par la crise sanitaire, la huitième génération de la compacte allemande est enfin disponible sur le marché. L’évolution timide du look de cette nouvelle Volkswagen Golf est gommée par un bond technologique à bord, pour laisser la concurrence loin derrière. Prise en main de la version TSI 130 ch sur les routes normandes.
Suivez-nous sur Instagram