F1 — Sur le contrat d’Hamilton : «La clause Verstappen n’existe pas, c’est de la pure fantaisie.»

Contrat Hamilton Mercedes
George Russell et Valtteri Bottas, ici à la lutte lors du Grand Prix de Sakhir l'an passé. MERCEDES.

Découvrez notre newsletter !

Partagez cette info :

Total
7
Partages

Les rumeurs autour du futur contrat de Lewis Hamilton chez Mercedes continuent d’affabuler sur les réseaux. La dernière en date ? L’existence d’une clause «Verstappen» qui permettrait au septuple champion du monde de poser son veto face à l’arrivée d’un nouveau coéquipier.

«La clause Verstappen n’existe pas, c’est de la pure fantaisie. Lewis Hamilton n’a pas le pouvoir chez Mercedes d’exiger un coéquipier facile,» explique tout simplement Franco Nugnes, journaliste pour la branche italienne de Motorsport.com. Depuis des semaines, l’officialisation du nouveau contrat de Lewis Hamilton chez Mercedes se fait attendre, et des rumeurs plus ou moins avérées déboulent sur les réseaux sociaux à tout bout de champ.

Selon Nugnes, la tenue d’une clause secrète entre l’écurie allemande et le septuple champion du monde relève de l’impossible. Pourquoi donc ? La raison «est très simple. La future star est déjà connue et son nom est George Russell, non pas Max Verstappen.»

En effet, le nom du Britannique circule de plus en plus autour de son écurie formatrice, alors que son contrat avec Williams arrive à son terme à l’issue de la saison 2021. George Russell a en plus eu l’occasion de faire ses preuves avec Mercedes, lors du Grand Prix de Sakhir, en remplacement de Lewis Hamilton justement.

S’il a manqué la pole pour quelques millièmes seulement, le jeune Britannique s’est emparé des commandes de la course dès le départ, le lendemain, au nez et à la barbe d’un Valtteri Bottas dépassé. Mais après avoir subit les multiples erreurs de son écurie aux stands, Russell a terminé le Grand Prix à une anecdotique neuvième place, marquant tout de même au passage les premiers points de sa jeune carrière en F1.

Et si le jeune loup devra prendre son mal en patience une saison de plus chez Williams, il sera plus que jamais en lice pour récupérer un baquet Mercedes en 2022. «L’Anglais est devenu l’idole d’Ola Kallenius [le PDG de groupe Daimler] : en une seule course, George a prouvé au monde que, sur une flèche d’argent, plusieurs pilotes seraient capables de se battre pour le championnat du monde, pulvérisant l’image de Valtteri Bottas» explique le journaliste italien.

Alors que la signature du nouveau contrat de Lewis Hamilton se fait toujours attendre, un autre poulain de l’écurie allemande toque à la porte de plus en plus fort. La saison à venir devrait apporter son lot de réponses puisque les écuries s’occupent généralement de leur mercato au cours de la trêve estivale. De là à voir George Russell dans une Mercedes l’an prochain ? Il n’y a qu’un pas…


Partagez cette info :

Total
7
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Suivez-nous sur Instagram