EN IMAGES. Les voitures de Sean Connery dans la peau de James Bond

Découvrez notre newsletter !

Partagez cette info :

Total
14
Partages

Le premier interprète du rôle de James Bond au cinéma nous a quitté aujourd’hui à l’âge de 90 ans. Dans son palmarès, six films dans lesquels il se met dans la peau de 007, avec ses conquêtes féminines, ses missions dangereuses mais aussi et surtout, ses voitures !

Lorsque l’on entend Aston Martin, c’est le personnage de James Bond qui nous vient en tête, pour les passionnés comme les néophytes. Il y a des choses comme ça qui sont devenues indissociables. Peut-être un peu cliché pour certain, mais de toute évidence cette association est devenue culte dans le monde du cinéma et de l’auto.

Pourtant, l’agent au service de sa majesté n’a pas évolué qu’au volant des modèles de la firme de Gaydon. Les films joués par Sean Connery en sont d’ailleurs la preuve, avec des modèles parfois surprenants.

Des débuts en Sunbeam Alpine

La première auto de l’agent Bond n’est pas une Aston, mais elle est bien anglaise, en dépit d’un patronyme qui peut faire songer à la marque française Alpine. Il s’agit là d’une Sunbeam Alpine qui apparaît dans James Bond contre Dr No.

C’est dans cet élégant petit cabriolet deux places que Sean Connery est poursuivi par un corbillard américain sur une route poussiéreuse.

Sous le capot, pas de 6‑cylindres ou de V8. C’est un 4‑cylindres de 1.592 cm³ d’une puissance de 80 ch qui prend place pour animer ce modèle produit de 1960 à 1963. Anecdote amusante, le modèle utilisé dans le film appartenait à un Jamaïcain local puisque aucun constructeur n’a prêté de voiture à la production.

La montée en gamme avec Bentley

Bons baisers de Russie signe l’arrivée  d’une nouvelle auto pour l’espion britannique. Référence aux romans de Ian Fleming dans lesquels Bond roule en Bentley, c’est une voiture de la firme de Crewe qui apparaît au début du film. Cependant ce modèle (qui serait une Bentley 3½ cabriolet) ne se présente plus dans le reste du film. D’après les rumeurs, la voiture serait simplement le modèle personnel de l’espion.

Aston Martin te voilà

Il faudra attendre le troisième film de la saga pour voir surgir James Bond au volant d’une Aston Martin ! Et pas n’importe laquelle puisque c’est la DB5 qui est à l’honneur dans Goldfinger.

Un 6 cylindres en ligne, 4,0 litres, 286 ch et de nombreux gadgets : mitraillettes dans les phares, dalles pare-balles, siège éjectable… Le mythe James Bond est définitivement né ! Ce modèle sera également présent dans l’opus suivant : Opération Tonnerre.

Sean Connery pose avec l’Aston Martin DB5.

Ambiance japonisante

Dans On ne vit que deux fois, le célèbre agent secret troque sa monture anglaise pour un modèle venu du pays du soleil levant. C’est une Toyota 2000 GT qui vole la vedette à la DB5. Parmi les 400 exemplaires produits, deux ont été réservées pour le film… En version cabriolet !

Du haut de ses 1,88 m, Sean Connery ne parvenait pas à entrer dans l’auto. Résultat, les concepteurs de la sportive ont tout simplement enlevé le toit. Sous le capot se cache un 6 en ligne 2.0 litres de 150 ch.

Le rêve américain conduit par un agent de la couronne

Pour son dernier film dans la peau de 007, Les diamants sont éternels, Sean Connery s’offre une course-poursuite au volant d’une Ford Mustang Mach 1. Les rues de Las Vegas deviennent donc le terrain de cette américaine au V8 ronronnant et aux 290 ch bien présents.

Cette scène reste célèbre pour un faux raccord très visible ou l’agent bond parvient à stabiliser l’américaine sur les deux roues droites mais roule finalement sur deux roues sur le plan suivant.


Partagez cette info :

Total
14
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Suivez-nous sur Instagram