F1 — le relevé de notes du GP de l’Eifel (Hamilton, Ricciardo, Albon…)

Relevé Notes GP Eifel
Le podium du week-end, composé de Lewis Hamilton, Max Verstappen et Daniel Ricciardo. MERCEDES.

Découvrez notre newsletter !

Partagez cette info :

Total
19
Partages

La course au Nürburgring a été marquée par la 91e victoire de Lewis Hamilton, le podium de Renault et Daniel Ricciardo ou encore du retour de Nico Hülkenberg. Voici le relevé de notes d’un GP de l’Eifel mouvementé.

Les courses en Allemagne nous offrent toujours rebondissements, suspens et spectacle. Celle au Nürburgring n’a clairement pas dérogé à la règle, offrant une course dans des conditions climatiques peu habituelles. On fait le point dans le relevé de notes du GP de l’Eifel.

Les bons élèves

Lewis Hamilton : 17/20

Le Britannique a marqué l’Histoire de son sport un peu plus ce week-end. En attendant d’égaler le record de victoires en championnat du monde de Michael Schumacher (7), Lewis Hamilton s’est occupé des victoires en Grand Prix, en Allemagne qui plus est.

Au Nürburgring, le pilote Mercedes a signé sa 91e victoire en Formule 1, non sans l’aide de Valtteri Bottas — contraint d’abandonner pour un problème de MGU‑H. Le Finlandais avait pourtant bien résisté au départ de la course, aux assauts de son coéquipier, avant de commettre un énorme blocage de roue dans le treizième tour de course. Une erreur qui lui coutera la première place.

Comme un symbole, Mick Schumacher — présent sur le circuit avec Alfa Romeo ce week-end, lui a remis l’un des casques de son paternel, lorsqu’il courait encore chez Mercedes. «Les records sont faits pour être battus» écrira-t-il plus tard sur ses réseaux sociaux. Classe.

Mick Schumacher est venu remettre l’un des casques de son père à Lewis Hamilton, après avoir égalé le record de victoire en Formule 1 (91). MERCEDES.

Daniel Ricciardo : 16/20

Une course parfaitement maitrisée. L’Australien a encore placé sa monoplace dans les meilleures conditions ce week-end. Sixième au départ, le pilote Renault a profité du mauvais lancement d’Alex Albon pour jaillir, avant de dépasser audacieusement Charles Leclerc, quelques tours plus tard.

L’Australien profitera surtout des déboires de Valtteri Bottas pour s’emparer d’une troisième place qu’il convoitait tant depuis ses débuts avec Renault. L’entrée de la voiture de sécurité à dix tours de l’arrivée n’y changera rien, Daniel Ricciardo montera bien sur la boîte avec son pote Max Verstappen.

L’Australien n’était plus monté sur un podium depuis 2018, à Monaco. Tellement longtemps qu’il en a même oublié sa fameuse célébration, le shoey. Il se rattrapera en coulisses, quelques heures après la course.

Nico Hülkenberg : 14/20

Appelé en renfort à la dernière minute par Racing Point, Nico Hülkenberg a n’a clairement pas trainé. L’Allemand a débarqué juste après les essais libres du samedi matin, juste à temps pour la séance de qualifications.

Malgré sa vingtième place sur la grille — avec un temps honorable pour un pilote qui n’a pu rouler en essais — Nico Hülkenberg a réalisé une course des plus propres, et s’octroie la huitième place au Nürburgring. Encore une belle performance pour le supersub de Racing Point.

Surtout, l’Allemand a montré aux autres écuries qu’il n’en avait clairement pas fini avec la F1. Le Hulk aimerait faire son retour en 2021, l’histoire serait si belle.

Mentions

Romain Grosjean : 14/20

On en attendait plus

Esteban Ocon : 10/20

Difficile de blâmer le Normand, qui a été contraint d’abandonner pour la troisième fois de la saison. Mais avant de subir la loi de sa monoplace, Esteban Ocon est encore apparu en retrait face à son coéquipier.

En qualifications, le Français s’est rangé une nouvelle fois derrière l’Australien, au septième rang — Daniel Ricciardo mène 10 à 1 en qualifications. Au premier virage, Ocon était encore plus à la traine, débordé de tous les côtés par ses adversaires.

Le Français rentrera aux stands dès le 23e tour, sans pouvoir lutter. Au championnat, Daniel Ricciardo a scoré plus du double de points de son coéquipier (78), qui apparait à une triste et anecdotique douzième place. Esteban Ocon va devoir hausser le ton pour cette fin de saison, surtout quand on sait qu’un double champion du monde s’apprête à rejoindre l’écurie la saison prochaine.

Les cancres du week-end

Alexander Albon : 6/20

Le Thaïlandais fait tout à l’envers cette saison. À part au Mugello — où il est monté sur le podium — difficile de voir Albon comme le fidèle lieutenant de Verstappen. Ce week-end, le pilote Red Bull avait pourtant réussi à se hisser au quatrième des qualifications, derrière son coéquipier.

Mais le Thaïlandais n’a pas longtemps tenu la comparaison, dépassé de toute part lorsque les feux se sont éteints. Surtout, il aura montré dimanche une certaine fébrilité, presque inquiétante. Un important blocage de roue a d’abord compromis sa stratégie de course, avant de se plaindre à la radio, de manière peu habituelle pour un pilote de F1 : «They race me so hard». Autrement dit : il y a de la compétition.

Le Thaïlandais a surtout coupé la route de Daniil Kvyat, sans raison, arrachant son aileron avant au passage. Un contact qui serait la cause de la fuite de son radiateur, et de son futur abandon quelques tours plus tard. Une place dans ce relevé de notes du GP de l’Eifel amplement méritée, et une course (une saison?) définitivement à oublier pour Alex Albon.

Valtteri Bottas : 9/20

À l’image du Thaïlandais, Valtteri Bottas fait pale figure face à son coéquipier. En Allemagne, le Finlandais espérait pourtant surfer sur sa victoire de Sotchi, ce qu’il a d’ailleurs commencé à faire en décrochant la pole position, assez largement.

Valtteri Bottas a alors démarré le Grand Prix sur les chapeaux de roue, répliquant face aux attaques de Lewis Hamilton. La victoire lui tend désormais les bras. Mais l’ex-pilote Williams a été coupable d’un nouvel aveu de faiblesse au Nürburgring, ou plutôt d’une grossière erreur de freinage, bloquant sa roue avant droite pendant de longues secondes, détruisant son train de pneumatiques, et laissant passer le roi Lewis au passage.

On ne saura pas si cet incident a un quelconque lien, mais Bottas rendra les armes quelques tours plus tard, pour un problème de MGU‑H. Plutôt rare pour une Mercedes tout de même.

Au terme de cette onzième étape du championnat, le Finlandais compte 69 points de retard. Autant vous dire que c’est quasiment plié, pour ceux qui avaient encore des doutes.


Partagez cette info :

Total
19
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Suivez-nous sur Instagram