F1 : McLaren avec Ron Dennis, le management «par la peur» rappelle Coulthard

Ron Dennis McLaren Coulthard
Ron Dennis a été la patron de McLaren pendant près de 30 ans.

Découvrez notre newsletter !

Partagez cette info :

Total
0
Partages

L’ancien pilote de McLaren, David Coulthard, a déclaré que son ancien patron, Ron Dennis, avait instillé un «rapport de peur» au sein de l’équipe basée à Woking sous sa gouvernance.

On ne tombe pas dans la deuxième équipe la plus titrée de F1 par hasard. Et ça, David Coulthard l’a bien compris quand il a rejoint McLaren sous la direction du fameux et impitoyable Ron Dennis en 1996.

Sous la direction de l’homme d’affaires britannique — de 1981 à 2009 — McLaren a remporté 158 courses, sept championnats du monde constructeurs et également dix titres de pilotes. Rien que ça.

«Il n’aimait pas que les gens aient les mains sales»

Coulthard, qui a couru pour l’écurie de Woking entre 1996 et 2004, se souvient du style de gestion impitoyable de Dennis qui a engendré bien des belles choses, mais qui a surtout répandu la peur parmi ses troupes.

La présentation de l’écurie McLaren avant la saison 2001 avec de gauche à droite : Ron Dennis, David Coulthard, Alexander Wurz et Mika Häkkinen.

«Il avait une approche clinique, se souvient Coulthard, pour Channel 4. Quand il a commencé sa carrière de mécanicien, il n’aimait pas que les gens aient les mains sales. Toute cette approche de la préparation des voitures était une vision plus axée sur la science que sur la vieille méthode du garage gras.»

«Cela ne fait aucun doute, il a donné le ton. Il s’attendait à ce qu’un équipage motivé soit là pour mettre pleinement à profit ses compétences. Le monde a changé, mais à bien des égards, on peut dire qu’il a gouverné et instauré un rapport de peur.»

Sous Ron Dennis, McLaren a vu passer de grands champions, tous couronnés depuis : Lauda (1984), Prost (1985, 1986 et 1989), Senna (1988, 1990 et 1991), Häkkinen (1998 et 1999) et Hamilton (2008). Tant bien que l’écurie britannique s’est forgé une image de pierre sous l’impulsion du sulfureux patron britannique :

«S’il voyait quelqu’un dans le garage avec les mains dans les poches, il disait : « Je ne te paie pas pour rester les mains dans les poches », il y avait toujours des choses comme ça. Il avait une vision si claire de ce à quoi il s’attendait et avait des attentes si élevées que tout le monde était légèrement nerveux.»

Mais malgré toute l’angoisse ou l’appréhension que Dennis pouvait diffuser, l’ex-pilote devenu consultant-intervieweur dit qu’il n’a jamais été impressionné lorsqu’il a eu affaire à son très grand patron.

«Non, je n’avais pas peur de lui, c’était un super patron et il se comportait très bien avec les pilotes.»

«Sa vision pour les pilotes, qui était probablement motivée par ce qu’il avait vu avec Prost, Senna et les grands noms de cette époque, était qu’il voulait vous voir soit dans la salle de gym, dans les simulateurs ou au développement. Mais il pouvait très bien vous dire d’aller à la plage pour profiter de la vie,» a insisté David Coulthard.

«Alors je me suis dit» hé, ce contrat semble plutôt bon… et tu es payé! »

Sous l’impulsion de Ron Dennis, David Coulthard a terminé vice-champion du monde en 2001, son meilleur résultat en carrière. L’ex-pilote a passé 9 de ses 15 années chez McLaren, et a couru lors de 246 Grands Prix.


Partagez cette info :

Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Suivez-nous sur Instagram