F1 — Franz Tost : «Les meilleurs écuries n’auraient pas été aussi ouvertes sans le Covid-19»

Franz Tost Covid
Franz Tost, le patron de l'écurie Alpha Tauri, ici à Misano (Italie) en début d'année 2020. RED BULL.

Découvrez notre newsletter !

Partagez cette info :

Total
6
Partages

Au terme d’une saison 2020 complètement chamboulée par le Covid-19, Franz Tost, le patron de l’écurie Alpha Tauri, estime que les écuries ont pour la première fois travaillé ensemble, afin de trouver des solutions face à la crise.

Si cette crise sanitaire aura causé bien des dégâts, elle aura au moins permis aux dix écuries du paddock de trouver des solutions ensemble, chose qui n’était semble-t-il pas le cas auparavant. C’est du moins ce qu’avance Franz Tost, le patron d’Alpha Tauri, en terme de réduction des coûts et de plafond budgétaire.

«En ce qui concerne le plafond des budgets, les meilleures écuries n’auraient pas été aussi ouvertes à réduire les montants qu’elles peuvent dépenser — à 145 millions de dollars pour la première année — sans ces problèmes de Covid-19», a déclaré Franz Tost à Autosport.

Après de nombreuses semaines de négociation, la FIA a annoncé avoir (enfin) trouvé un accord sur le plafonnement des budgets des écuries. À compter de 2021, chaque écurie sera limitée à 145 millions de dollars de dépenses (120 millions d’euros), puis 140 millions de dollars en 2022 et 135 millions de dollars sur la période 2023–2025.

«Tout le monde a réalisé à quel point cela pourrait devenir difficile à l’avenir. Les équipes de Formule 1 ne travaillent guère ensemble, car chacun a son propre intérêt et ne regarde malheureusement pas la situation dans son ensemble.»

«Mais je crois que cette situation particulière avec Covid a ouvert les yeux [de certaines écuries], qu’il y a tout simplement moins d’argent sur la table que prévu. Si vous avez moins d’argent, vous ne pouvez dépenser que l’argent que vous avez. Par conséquent, je pense que certains de mes collègues ont un peu changé d’avis.»

L’Autrichien fait surement référence à ses compères chez Mercedes, Ferrari et Red Bull, initialement opposés à cette mesure draconienne portée par les «petites» écuries du paddock.


Partagez cette info :

Total
6
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Suivez-nous sur Instagram