green friday

F1 — «Difficile de blâmer quelqu’un d’autre» : Andreas Seidl (McLaren) après Sotchi

Andreas Seidl McLaren Sotchi
Andreas Seidl; encourage ici Carlos Sainz, avant le départ du Grand Prix de Toscane.
green friday

Partagez cette info :

Total
14
Partages

Carlos Sainz a été coupable d’une grossière erreur lors du Grand Prix de Russie à Sotchi, qu’Andreas Seidl, le patron de McLaren, a du mal à digérer.

C’est le genre d’erreur qui vous ruine un Grand Prix. Lors du Grand Prix de Russie, Carlos Sainz a été contraint d’abandonner dès le deuxième virage. L’Espagnol a été coupable d’une sortie de piste peu académique, condamnant ses chances, et celles de Lando Norris également. Une erreur qu’Andreas Seidl, le patron de McLaren, a vraiment du mal à digérer, après ce week-end à Sotchi.

«Tout d’abord, pour la monocoque, nous devons encore évaluer l’ampleur des dégâts,» a‑t-il regretté.

Lando Norris n’a pas compris non plus

«Carlos a déclaré qu’il allait bien, je pense que son pied a quelques bleus, mais cela ne ressemble à rien de grave», a tenté de rassurer Andreas Seidl.

«À la fin, Carlos l’a dit lui-même, l’angle avec lequel il a approché les plots, il l’a juste mal jugé, a touché la barrière et c’était de sa faute.»

Lando Norris a lui aussi eu du mal à comprendre le comportement de son coéquipier. Le Britannique n’a pu s’empêcher de lancer à la radio : «Mais que fait Carlos ? Il essaye d’être un héros au virage 1.»

Cette faute de l’Espagnol a donc condamné ses chances de rallier l’arrivée, mais aussi celles de Norris. Le Britannique a été contraint de ralentir, roulant sur les débris de son coéquipier, et de s’arrêter prématurément aux stands pour ne pas entamer ses chances de terminer la course. En s’élançant de la sixième et huitième place, ce résultat est vraiment rageant :

«Ce serait une erreur de blâmer quelqu’un d’autre,» a enfoncé Andreas Seidl.

«Cela a mis fin à notre course pour les deux voitures, malheureusement, dans le deuxième virage d’une longue course car Lando a dû revenir à l’arrière du peloton et était dernier après le premier tour.»

«Ensuite, il n’y avait rien d’autre à faire, alors nous nous sommes arrêtés sous régime de voiture de sécurité pour les pneus durs et avons essayé de survivre simplement et d’espérer que quelque chose d’autre se produise, comme une autre voiture de sécurité, ce qui n’a pas fonctionné.»

«C’est très décevant de partir avec zéro point parce qu’avec la performance que nous avons réalisée lors des qualifications, P6 et P8, je pense que nous étions en mesure de marquer de bons points.»

Au championnat constructeur, ce zéro pointé de l’écurie de Woking permet à Racing Point et Renault de recoller. La bataille pour la troisième place est plus que jamais relancée.

«C’est important de tirer les leçons, tout le monde en apprend quelque chose, les pilotes, l’équipe, et c’est important aussi de réessayer sur le Nürburgring.»

green friday
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Suivez-nous sur Instagram