F1 : Renault parie sur Alpine et son glorieux passé dans le sport auto

Partagez cette info :

Total
19
Partages

Luca De Meo vient de confirmer l’arrivée d’Alpine F1 Team en 2021 à la place de l’écurie Renault. Impossible d’oublier le glorieux passé de la marque française qui a déjà connu des belles années en sport auto. Retour sur le palmarès de la petite nouvelle du paddock.

La nouvelle vient d’être officialisée, elle est pour le moins chargée d’histoire. Encore faut-il le rappeler, Alpine a un glorieux passé en sport auto, encore le mot est faible ! Histoire de perpétuer ce mythe, le PDG du groupe, Luca De Meo, vient d’annoncer l’arrivée de l’Alpine F1 Team en 2021 à la place de Renault.

La marque française, propriété de celle au losange, est un vieux de la vieille dans le monde du sport auto. Du rallye à l’endurance, retour sur le parcours historique d’Alpine avant de débarquer en F1 l’an prochain.

Une écurie championne du monde des rallyes bientôt en F1

L’an prochain, Alpine pourra dire adieu au jaune et noir de la monoplace actuelle, et arborera désormais les couleurs nationales à savoir bleu-blanc-rouge, comme l’a annoncé Luca De Meo : «Nous allons courir sous le nom Alpine avec des couleurs tricolores.» Cyril Abiteboul, patron de l’écurie Renault depuis 2016, restera en poste pour opérer à ce nouveau changement qui, on l’espère, sera glorieux.

Glorieux comme le palmarès d’Alpine en sport auto. Autant vous le dire, il est long comme le bras. Tout a commencé, ou plutôt eu un réel impact, lorsque la marque française s’est imposée en 1973 au championnat constructeur des rallyes. Cette année-là, Jean-Luc Thérier est sacré champion du monde en WRC à bord de l’historique Alpine-Renault A110 1800 Gr. IV, devant son coéquipier, Jean-Pierre Nicolas. La troisième Alpine est pilotée par le Suédois Ole Andersson, dont le copilote n’était autre que Jean Todt.

Un sacre historique, le premier pour un constructeur français en rallye, qui marquera au fer rouge l’histoire d’Alpine. Deux ans auparavant, l’écurie remporte son premier sacre européen en rallye, les prémices d’une belle réussite en championnat du monde.

Cette période dorée verra aussi le couronnement en Formule 3 d’un certain Patrick Depailler en 1971, et de Jean-Pierre Jabouille en Formule 2 en 1976. Deux petits pilotes méconnus qui brilleront en F1 les années suivantes.

La reprise par Renault

En 1972, une grève paralyse la jeune marque française et passe sous le giron de Renault l’année suivante. Si Alpine ne disparaît pas totalement, elle devient désormais un modèle phare de la marque française au losange. Jean Redelé, le créateur de la marque en 1953, quitte le navire en 1978.

Renault récupère l’usine de Dieppe où les Alpine sont assemblées pour développer sa gamme Renault Sport. Et ce n’est qu’en 2006 qu’Alpine retrouve des couleurs, sous l’impulsion de Carlos Ghosn. Le PDG du groupe souhaite lancer un modèle haut de gamme et se tourne donc vers la petite soeur de Renault.

Alpine promet le retour d’un modèle pour 2016 et se laisse quelques années pour le développer. Mais surtout, elle retourne à ses premiers amours : le sport et ce, dès 2013 aux 24 Heures du Mans et European Le Mans Series — en LMP2.

L’épopée en endurance

En 1978, Alpine et Renault sont couronnés aux 24 Heures du Mans. À bord de l’Alpine A442, le duo Didier Pironi — Jean-Pierre Jaussaud remporte l’édition, après avoir lutté une bonne partie de la course face à l’autre Renault-Alpine de Jean-Pierre Jabouille, Patrick Depailler. Cette victoire en endurance marquera le désengagement de Renault Sport pour se concentrer sur la F1.

F1 Alpine Renault
Alain Serpaggi, ici au volant de la Renault Alpine A442 en 2012 à Dijon.

Mais trente cinq ans plus tard, la marque française souhaite renouer une nouvelle fois avec son brillant passé et s’engage pour la mythique course avec l’écurie française Signatech. Lors de sa première participation, l’équipage termine en quatorzième position, et remportera surtout les European Le Mans Series la même année à bord de l’Alpine A450.

En 2016, Alpine toujours engagé en LMP2, prend la piste avec un Français, un Monégasque et un Américain. Cela aurait pu être le début d’une mauvaise blague mais bien au contraire, l’équipage va réaliser un véritable exploit et remporte la 84ème édition des 24 Heures du Mans, 36 ans après Jabouille et Depailler. Mythique écurie.

En 2021, Alpine va démarrer un nouveau chapitre de sa carrière sportive à la place de Renault en F1, la catégorie reine du sport auto. Et pourquoi pas la même issue à la fin ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Suivez-nous sur Instagram