Essai Skoda Fabia (2022) : la citadine tchèque voit plus grand

Plus de 20 ans après le lancement de la première Fabia, Skoda déploie la quatrième génération de sa citadine. Une nouvelle mouture bien plus imposante que ses devancières et toujours pleine d’ambition. Essai complet de la version 1.0 TSI 110 ch sur les routes niçoises. 
Skoda Fabia
@Auto Live Magazine

Partagez cette info :

Total
34
Partages

L’une des citadines les plus prisées du marché est de retour ! Fort d’un succès de plus de 20 ans, la Skoda Fabia compte bien continuer de marquer les esprits avec cette quatrième génération. Plus technologique, plus grande et toujours aussi attractive, la petite tchèque affiche de vraies ambitions.

Comme la Polo chez Volkswagen, qui partage d’ailleurs la même plateforme MQB A0, la Fabia s’inspire de ses cousines, notamment au niveau de son gabarit. En effet, la citadine n’est plus vraiment aussi petite qu’auparavant…

Plus longue de 11 cm par rapport à sa devancière, cette nouvelle génération affiche 4,11 m de long. Ce qui fait d’elle la plus grande citadine du marché, juste devant la Renault Zoé. Grâce à un empattement allongé de 9 cm et une hauteur de caisse abaissée de 8 mm, la citadine profite d’un excellent coefficient de traînée (Cx) de 0,28.

Un style revu en profondeur

Esthétiquement, la nouvelle Fabia évolue sur plusieurs points. De par ses mensurations en hausse, la citadine se montre bien plus musclée qu’auparavant. Globalement, le dessin est plus bombé que la précédente génération, tout en affichant des lignes acérées. À l’avant, la petite tchèque s’inspire à la fois de l’Octavia et du SUV électrique Enyaq. La calandre chromée englobe une bonne partie du bouclier et vient rejoindre les blocs optiques LED. Tandis que la capot nervuré apporte une légère touche de sportivité.

Si à l’avant, Skoda propose un style presque inédit, l’arrière est quant à lui plus traditionnel. Comme sur la plupart des modèles Volkswagen, le lettrage du constructeur tchèque prend place au centre du coffre. Les feux LED s’offrent eux une signature lumineuse plus saillante.

En finition Style, notre modèle d’essai s’habille du Gris Argent (550 euros) et reçoit des jantes de 16 pouces équipées «d’enjoliveurs aérodynamiques». Placés de manière assez naturelle, ces derniers permettent surtout de limiter le flux d’air dans les roues pour gagner en autonomie.

Technologies maîtrisées

Comme à son habitude, Skoda propose un style standard, mais très bien réalisé. De quoi plaire à beaucoup de monde. La citadine profite d’une philosophie similaire dans l’habitacle. L’ensemble est sobre et assez austère, mais il reste toujours aussi pratique. On note la petite nouveauté au niveau de la casquette du tableau de bord qui dispose du nom du modèle sur une partie peinte en noir brillant.

Pour le reste, l’intérieur est composé de plastiques durs, facilement endommagables avec un coup de clé. La planche de bord se divise en plusieurs parties à l’image des autres modèles du groupe Volkswagen. Face au conducteur, la Skoda Fabia reçoit pour la première fois une instrumentation entièrement numérique, configurable selon cinq modes d’affichage via les commandes présentes sur le volant. L’ergonomie de la citadine est bon. Les commandes de clim sont faciles d’accès, tout comme l’écran d’infodivertissement de 8 pouces. Compatible Apple CarPlay et Android Auto, ce dernier offre une réactivité et une simplicité d’utilisation exemplaire.

À l’arrière, les passagers profitent d’une meilleure habitabilité grâce notamment à un empattement en hausse. Trois adultes peuvent voyager sur les trajets courts sans être vraiment à l’étroit. L’espace aux jambes est bien meilleur que dans l’ancienne génération. Pour conserver son statut de citadine phare du marché, Skoda offre à sa Fabia un volume de coffre de 380 litres. Un record dans la catégorie !

Côté technologies embarquées, la Fabia propose ce qui se fait de mieux dans le groupe. Elle propose ainsi le système du maintien d’aide dans la voie, qui, comme l’ensemble des modèles de VW, est très (voire trop) intrusif. Heureusement, une simple manipulation sur le volant permet de le désactiver. On retrouve également le freinage d’urgence automatique, le régulateur/limiteur de vitesse, la caméra de recul ou encore la climatisation automatique.

Skoda et «ses astuces pratiques»

Depuis quelques années déjà, Skoda se différencie des autres constructeurs en élaborant des astuces pour faciliter le quotidien. Appelé «Simply Clever», ce programme propose un lot de petits rangements avec un porte-ticket, un porte stylo ou encore un porte téléphone au dos des sièges. À l’instar des Rolls-Royce, la Fabia loge désormais son parapluie dans la portière.

La Skoda Fabia Monte Carlo fait son grand retour

Un inédit porte-gobelet amovible prend place à l’avant. Il offre la possibilité de le retirer et de le nettoyer en dehors du véhicule. Sous le capot, le bouchon de liquide lave-glace se transforme en entonnoir pour simplifier la mise à niveau. Des petites attentions qui simplifient la vie des propriétaires de Skoda.

Sur la route, le confort prime sur le dynamisme

C’est d’abord dans le centre-ville de Mougins que notre essai de la nouvelle Skoda Fabia débute. Dès les premiers tours de roue, le 3‑cylindres 1.0 TSI se montre très silencieux. Un sentiment déjà observé sur les autres modèles du groupe allemand. Associé à la boîte automatique DSG à 7 rapports, celui-ci dévoile tout son potentiel au-delà des 2 000 tr/min. Avant cela, il manque de disponibilité. Même en ville, le bloc peine à se relancer. Dans ce cas, la boîte DSG7 n’aide pas non plus puisque les rapports s’enchaînent rapidement. Pour une utilisation majoritairement citadine, il est plus approprié d’opter pour la boîte mécanique.

Mais il faut tout de même avouer que la Fabia est faite pour la ville. Malgré son gabarit plus imposant que l’ancienne génération, elle évolue sereinement dans la jungle urbaine. Chaque place libre peut accueillir la citadine tchèque, et se garer est facile. L’auto est maniable à basse vitesse et profite d’un rayon de braquage convenable. Par rapport à sa devancière, cette nouvelle Fabia s’avère bien plus confortable. Les défauts de la route sont parfaitement gommés. Les suspensions sont plus souples qu’une Polo, qui prête à plus de dynamisme. À noter que les jantes de 16 pouces participent à ce confort.

Une fois en main, nous prenons l’autoroute en direction des routes sinueuses de l’arrière-pays niçois. De quoi profiter pleinement des joies de la boîte DSG7, toujours aussi agréable à l’utilisation. L’insertion sur voie rapide se fait sans aucun problème. Les 110 ch tirés du 3‑cylindres suffisent amplement. La Fabia procure même une sensation de «boost» après les 2 000 tr/min, pour s’envoler vers la zone rouge.

Comme évoqué plus tôt, la Fabia n’émet que très peu de bruit, sauf lorsque l’on pousse vraiment le 3‑cylindres dans les tours. C’est là qu’on entend un peu plus le moteur, sans toutefois perturber la conduite. En effet, l’insonorisation proposée sur cette nouvelle génération est parfaite. À quelques détails près, on se croirait presque dans une électrique !

Si le bloc se montre relativement engageant à l’accélération, cela se fait au dépit d’une conduite dynamique. Après avoir quitté les axes rapides, il est temps d’emmener cette Fabia quatrième du nom sur les petites routes tout près de Nice. Ici, sur des chaussées parfois dégradées, la citadine démontre une fois de plus tout son potentiel. Bien sûr, il ne s’agit pas là d’une sportive, mais les 110 ch du 1.0 TSI offrent des relances assez franches. On se prend même au jeu en jouant avec les palettes de la boîte DSG.

Mais avec un confort optimal en ville, la Fabia évolue plus difficilement sur les routes des cols. La caisse a tendance à prendre légèrement du roulis lorsqu’on augmente le rythme. Malgré ça, la citadine procure un réel sentiment de sécurité à son bord. La direction est précise et le freinage offre un bon mordant. Avec quelques modifications techniques, la Fabia pourrait presque participer aux spéciales du Monte-Carlo.

Sur notre trajet autoroutier, la consommation chute radicalement pour s’établir en dessous des 5l/100 km ! En ville, la moyenne atteint plutôt les 6 litres, sans toutefois aller au-delà.

Son prix

Skoda propose sa nouvelle Fabia à partir de 16 730 euros. À ce prix-là, vous avez la version MPI 80, la version atmosphérique du 3‑cylindres du groupe VW. Mais pour avoir quelques éléments de style supplémentaires et des technologiques à son bord, il faudra débourser pas moins de 20 000 euros et choisir la version 95 TSI BVM.

Notre Fabia en finition Style, équipée du bloc 1.0 TSI de 110 ch et de la boîte DSG7, est affichée à partir de 24 370 euros, hors option. Notre version d’essai est quant à elle disponible à 26 660 euros. 

Notre verdict

Avec cette quatrième génération, la Skoda Fabia fait largement mieux que la précédente. La petite tchèque fait toujours figure de référence dans la catégorie des citadines. Son style dans l’air du temps lui permet de se battre à armes égales face à ses nombreuses rivales. Grâce à son gabarit plus généreux qu’auparavant, elle offre une habitabilité remarquable et un volume de coffre important. La Fabia profite d’une panoplie d’équipements à la page, tout comme sa gamme de motorisations. Au volant, la citadine montre ses atouts en ville et sur autoroute. Sa consommation contenue et sa bonne tenue de route participent à sa polyvalence.

En revanche, si les défauts de cette nouvelle Fabia restent mineurs, le prix lui peut faire chavirer les coeurs… La citadine tchèque est plus chère qu’une Renault Clio ou qu’une Ford Fiesta. Avec des tarifs légèrement plus bas, aucun doute que la Fabia figurerait sur la première marche du podium du marché des citadines.

ON VALIDE 🟢

  • Son style
  • Son comportement
  • Ses équipements
  • Son habitabilité
  • Son confort

ON VALIDE MOINS 🔴

  • Manque de puissance sous le 2 000 tr/min
  • Finition intérieure à améliorer
  • Prix au-dessus de la concurrence

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Suivez-nous sur Instagram