Essai Seat Leon 4 (2020) : la meilleure compacte du marché?

Malgré son arrivée tardive sur le marché, la quatrième génération de la Seat Leon fait une entrée fracassante. Grâce à un look inédit et à ses nouvelles technologies embarquées, la compacte espagnole se place immédiatement comme la rivale directe de la Golf. 
Auto-Live. Nouveau look, nouvelles technologies, voici notre essai détaillé de la compacte espagnole.

Découvrez notre newsletter !

Partagez cette info :

Total
24
Partages

En l’espace de quatre générations, Seat présente à chaque fois un coup de crayon inédit pour sa Leon, à l’inverse de sa soeur, la Golf, qui fait le choix d’une évolution surtout technique. Mais avec plus de 2 millions d’exemplaires vendus depuis son lancement en 1999, la compacte espagnole revendique fièrement ses origines latines !

Alors, pour se démarquer des compactes de sa propre famille, la nouvelle Leon s’offre une fois de plus un design inédit, à la limite de devenir plus attirante que l’Allemande ! Mais ça n’est pas tout. La Leon 4 dispose aussi des dernières technologies embarquées du groupe.

Ce qui frappe en premier, c’est donc son look. Les gènes espagnols de la Leon s’identifient immédiatement au niveau de la face avant. La calandre assez discrète se marie parfaitement aux lignes aiguisées et aux nervures de la carrosserie. Avec une bouille aussi sculptée, il fallait que l’arrière suive…

Et c’est ici que l’on trouve la plus grosse nouveauté du design de la Leon. La poupe assez bombée intègre un bandeau lumineux LED reliant les extrémités de l’auto. La compacte joue la carte de la séduction, et ça fonctionne !

Il faut dire que même avec la finition Xcellence One de notre version d’essai, la Leon propose un look plutôt bien présenté. Les jantes en alliage VENICE 18″ chaussées sur des pneus enrichissent le tout.

Au-delà d’un dessin inédit, la nouvelle compacte grandit de près de 9 cm face à sa devancière. La Leon mesure désormais 4,37 m tout de même. L’Espagnole se rapproche donc de ses concurrentes Renault Mégane (4,36 m), Peugeot 308 (4,25 m) et Volkswagen Golf 8 (4,28 m).

Et la lumière fut !

En plus d’un look extérieur attirant, la Seat Leon 4 fait le plein de nouveautés à l’intérieur. Les designers de la marque ont entièrement revu la présentation et l’espace à bord. En y prenant place, on se rend compte que nous en sommes en présence d’un produit de la maison Volkswagen. La présentation est soignée et plus joviale que ses rivales notamment avec des touches de couleurs opérées grâce à des bandeaux de LED.

Les matériaux sont d’une qualité remarquable et offrent une ambiance à la fois chaleureuse et moderne. À l’image des inserts en boiserie placés au niveau de la planche de bord et mêlés aux deux écrans, l’un de 10″ pour gérer l’infodivertissement, et un autre pour l’instrumentation.

Ce qui frappe aussi, c’est l’absence des boutons au niveau de la console centrale. Le dessin est épuré et désormais, la climatisation, les aides à la conduite et même le volume se gèrent via le dispositif d’écran. D’ailleurs, il est préférable de comprendre comment fonctionne la technologie à l’arrêt avant de pouvoir y toucher en roulant…

Comme expliqué précédemment, la nouvelle Leon grandit de 9 cm par rapport à la précédente génération. Résultat, à bord, l’espace est plus important notamment à l’arrière. Son empattement de 2,6 m offre davantage de place ’à l’arrière. Quant au coffre, l’Espagnole s’aligne sur sa cousine et dispose d’un volume confortable de 380 litres.

Le bon cocktail «moteur-châssis»

Sous le capot de notre version d’essai, la compacte espagnole dispose du bloc 4‑cylindres 1.5l TSI de 150 ch associé à la boîte manuelle à 6 rapports. Avec cette motorisation, notre Leon s’offre la technologie de désactivation des cylindres permettant de réduire considérablement la consommation. Sans trop solliciter la pédale de droite, il est alors possible de parcourir plus de 600 km avec un plein. De quoi faire pas mal d’ombre à ses rivales…

Silencieuse et confortable, cette motorisation permet tout de même des relances assez franches. Attention toutefois au trop-plein de gourmandises qui vous le fera payer à la pompe. En s’aventurant sur des routes plus sinueuses et en activant le mode dynamique, le châssis de la Leon se raffermit permettant une virée à plat en courbe. Au volant, la compacte espagnole s’avère être sécurisante et rassurante.

Combien ça coûte ?

Si l’entrée de gamme de la nouvelle Seat Leon avec le 1.0l TSI de 110 ch est affichée à 21.490 €, il faudra compter un peu plus pour s’offrir la Xcellence One avec le 1.5l TSI de 150 ch de notre essai. Cette version, mieux équipée, demande 28.490 €. C’est le même prix que la Golf 8 en entrée de gamme.

Tandis que la version FR dotée du 1.5l eTSI (hybride) de 150 ch demande 32.240 €. Tout juste annoncée, la Leon hybride rechargeable est affichée à partir de 34.950 €.

L’heure du verdict

Hormis une ergonomie assez complexe de prime abord, la volonté de Seat, c’est d’attirer une clientèle plus jeune. Grâce à son look sportif et ses lignes plus latines, la compacte espagnole nous fait bonne impression. En plus de son comportement routier plaisant, elle ne déroge pas à la règle de proposer un tarif moins onéreux que sa cousine, la Golf. Seat frappe donc fort avec cette nouvelle Leon et la compacte compte bien s’offrir une belle carrière. Oui, cette mouture a sa place dans le top des meilleures compactes du marché !


Partagez cette info :

Total
24
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Suivez-nous sur Instagram