green friday

Essai Hyundai i20 1.0 T‑GDi 100 48V Hybrid (2021) : tout pour plaire

Lancée il y a tout juste quelques mois, la troisième génération de la Hyundai i20 fait figure d’outsider face à ses nombreuses rivales européennes. Mais la petite coréenne peut compter sur un design entièrement revu et surtout, sur des technologies embarquées dernier cri. 
© Auto Live.
green friday

Partagez cette info :

Total
1
Partages

Si la précédente génération de la i20 n’a pas vraiment reçu le succès attendu, Hyundai a décidé de mettre le paquet pour cette troisième génération. Celle qui devait être présentée l’année dernière lors du salon de Genève débarque enfin sur le marché des citadines avec de grandes ambitions : détrôner les Peugeot 208 et Renault Clio !

Il faut dire que la nouvelle Hyundai i20 change du tout au tout. En reprenant la même plateforme que sa devancière, la citadine ne s’allonge pas et plafonne toujours à 4,04 m. Mais le modèle reçoit surtout une mise à jour esthétique radicale. Globalement, le look de la citadine coréenne est plus musclé, à l’image d’une face avant dotée de lignes bien marquées. Le capot nervuré plonge sur une calandre au design travaillé. Tandis que les nouveaux feux intégrant une partie LED participent au look inédit du modèle.

© Auto Live.

La nouvelle Hyundai i20 donne clairement un coup de vieux à la génération précédente. Campée sur des jolies jantes de 17 pouces, la citadine prend des airs de sportives. Derrière, là aussi le coup de crayon est inédit, avec un bandeau lumineux reliant les deux feux et un becquet de toit peint en noir. Vraiment sexy cette i20 !

Habitacle moderne et épuré

Une fois installé à bord, on comprend que Hyundai a décidé de basculer sa citadine dans une nouvelle dimension. Il faut dire que notre version d’essai, dotée de la finition haute Executive, offre tout ce que l’on peut attendre d’une citadine.

Immédiatement, la modernité saute aux yeux, notamment grâce à ses deux écrans. Le premier, logé derrière un joli volant 4 branches, s’occupe de l’instrumentation. Le second de 10 pouces et tactile bénéficie des dernières technologies comme Apple CarPlay.

La Hyundai i20 s’offre un habitacle moderne et bien travaillé. Le style des aérateurs se prolonge jusqu’au côté passager. Toutefois, l’utilisation de plastique est trop abondante à note goût. Sur ce point, nos Françaises sont au-dessus ! Mais la petite coréenne n’a pas dit son dernier mot… Malgré sa longueur inchangée, la citadine offre un bel espace à bord. La bonne surprise c’est au niveau du coffre. Celui-ci revendique 352 litres, contre 311 pour la Peugeot 208.

Une citadine électrifiée

Avec la nouvelle génération de sa citadine, Hyundai mise sur une motorisation à hybridation légère. Résultat, le bloc 3‑cylindres 1.0l T‑GDi s’associe à un pack de 48V, qui fonctionne avec l’énergie cinétique. Sur les phases de décélérations, le freinage régénératif s’active et permet de recharger la petite batterie de 0,46 kWh. Quant à l’accélération, le système offre 10 kW supplémentaires (soit 14 ch) sur les roues avant. À l’usage, ce package nécessite tout de même quelques kilomètres de prise en main.

Associé à une boîte robotisée DCT à double embrayage de 7 rapports (+ 1 300 €), la Hyundai i20 évolue paisiblement dans son environnement de prédilection : la ville. Mais une fois sortie de la jungle parisienne, la petite coréenne se montre aussi polyvalente. En ECO, le mode «roue libre » permet de lancer l’auto en désolidarisant la transmission du moteur. L’ensemble sert surtout à réduire la consommation, annoncée à 5,3l/100 km par le constructeur selon le cycle WLTP. Sur notre parcours mêlant ville, routes départementales et autoroute, la Hyundai i20 affiche 6,6l/100 km. La promesse de cette nouvelle i20 est donc tenue.

© Auto Live.

Une fois lancée à haute vitesse sur les voies rapides, la Hyundai i20 ne vous offre pas le calme absolu. L’insonorisation ne semble pas aussi soignée qu’à bord d’une Clio ou d’une 208… Ses suspensions, agréables et souples en ville, se révèlent être moins efficaces sur les routes de campagne, où l’on sent les défauts de la route. Mais rassurez-vous, il n’y a rien d’alarmant !

Avec son dessin plus musclé, la nouvelle citadine pourrait se prendre pour une petite sportive. Mais une fois que l’on augmente le rythme, le châssis montre ses limites et entre difficilement dans une courbe. À certains moments, l’avant vient légèrement décrocher, laissant alors les aides électroniques reprendre la main. Pour rappel, Hyundai va lancer la version N de sa i20, avec 200 ch sous le capot et un châssis amélioré. On a hâte de l’essayer !

Prix et équipements

Côté tarif, la Hyundai i20 s’aligne à ses rivales. Affichée à partir de 15.950 euros, la citadine coréenne est légèrement plus chère que la Peugeot 208 et la Renault Clio. Toutefois, notre modèle d’essai doté de la plus haute finition et de sa motorisation 100 ch à hybridation légère demande 22.300 euros.

© Auto Live.

À ce prix-là, le constructeur garantit 5 ans son modèle et inclut tout ce que l’on attend d’une citadine actuelle à savoir la caméra et le radar de recul, la reconnaissance des panneaux, le régulateur de vitesse ou encore l’interface Carplay et Android auto.

Notre verdict

Plus affirmée grâce à son design résolument sportif, la nouvelle Hyundai i20 tente le pari de l’originalité afin de faire face à ses nombreuses rivales européennes. Pour cette troisième génération, la petite coréenne gagne une hybridation légère lui offrant surtout de petites économies de carburant. Désormais à jour technologiquement, l’i20 soigne sa présentation intérieure. Mais côté tarif, c’est un peu décevant. Le modèle reste au-dessus de ses rivales françaises, qui ne bénéficient toutefois pas de micro-hybridation comme la Hyundai i20.

Les notes de la rédaction sont juste en dessous !

green friday
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Suivez-nous sur Instagram