Essai Alfa Romeo Stelvio 2.2l 190 ch AT8 : le bon compromis?

Légèrement remis au goût du jour, l’Alfa Romeo Stelvio bénéficie de quelques évolutions techniques pour se battre à armes égales dans un marché des SUV toujours plus plébiscité. Mais l’Italien mise surtout sur une nouvelle offre de motorisations. Alors, que vaut la version 2.2l diesel 190 ch AT8 ? 
©AutoLive

Découvrez notre newsletter !

Partagez cette info :

Total
0
Partages

À sa sortie, il figurait parmi les SUV premiums les plus attractifs du marché. Mais près de quatre ans plus tard, le look du Stelvio n’a pas changé. Comme beaucoup de constructeurs, Alfa Romeo a fait le choix de faire évoluer en douceur son modèle, avec un design légèrement retravaillé début 2020.

Tandis qu’une version restylée est attendue pour 2021, l’Italien prend le temps de mettre à jour sa présentation intérieure et son système d’infodivertissement. Et à défaut de redessiner le Stelvio, la marque place des nouvelles livrées à savoir le Vert Visconti qui habille notre modèle d’essai, le rouge Villa d’Este 6C, le blanc, le bleu et l’ocre.

Côté look, Alfa Romeo a bien compris le point fort de son SUV. À la fois séduisant et rassurant, le Stelvio reste fidèle à ses origines latines et conserve ses lignes bien galbées. L’Italien s’offre un style globalement plus dynamique que ses rivaux, un bon compromis lui permettant de se démarquer des Audi Q5 et Mercedes GLC devenus un peu trop conventionnels…

©AutoLive

Le constructeur présente également des nouvelles finitions. Désormais, la gamme du Stelvio est animée par quatre versions : Super, Ti, Sprint et Veloce.

Léger rafraîchissement et plus de connectivité à bord

Afin de combler le manque d’un restylage extérieur, Alfa Romeo met à jour l’habitacle de son SUV. Toujours garni de cuir et d’une présentation ultra-soignée, l’intérieur du Stelvio bénéficie d’un nouveau volant et d’une console centrale munie de matériaux plus qualitatifs, comme les inserts en bois véritable. Quant au système d’infodivertissement de 8,8 pouces, il se modernise pour recevoir une interface entièrement tactile.

Toutefois au toucher, l’écran se montre encore un peu lent. La bonne idée, c’est qu’Alfa Romeo a conservé la molette de la console centrale permettant de gérer le système.

Une chose est sûre, le nouveau Stelvio est connecté ! La technologie e‑call avec assistance vocale, le verrouillage et déverrouillage des portes via un smartphone ou encore la localisation du véhicule place le SUV dans l’ère du temps. Il est également possible de connecter huit appareils au point d’accès Wi-Fi du véhicule.

©AutoLive

En ce qui concerne les aides à la conduite, le Stelvio peut compter sur une longue liste avec par exemple, l’affichage des limites de vitesse à la lecture des panneaux ou encore une assistance au maintien d’aide dans la voie en utilisant la direction active. Le régulateur de vitesse adaptatif évolue et fonctionne avec la conduite dans les bouchons, avec la possibilité de s’ajuster aux vitesses limites.

Au volant du Stelvio 2.2l diesel

Au démarrage du SUV italien, le son rauque du bloc 4‑cylindres diesel se fait immédiatement entendre. Malgré l’utilisation de matériaux pour renforcer l’insonorisation, l’Alfa Romeo Stelvio 2.2l de 190 ch se montre un peu trop bruyant à basse vitesse.

Mais une fois lancé, le moteur se laisse oublier au profit d’une expérience de conduite remarquable. Le modèle se montre agile et encaisse les virages sans broncher. Il faut dire que notre version d’essai, dotée de la transmission 4x2 propulsion, s’allège de 85 kg (1 660 kg) par rapport à la version quatre roues motrices Q4.

©AutoLive

Lors de la prise en main du SUV italien, nous avons été peu gâté par le temps. Mais même sous la neige et sur un sol très glissant, la motricité de cette version propulsion n’est pas prise en défaut. Sur les petites routes, le train avant s’inscrit précisément là où l’on lui demande. Et grâce à ses 450 Nm de couple, le bloc diesel offre des relances assez franches.

Sur l’autoroute, le Stelvio démontre ses capacités de routier et affiche une consommation moyenne de 7l/100 km. Le modèle vous accompagne lors de vos longs trajets avec une sobriété épatante. La boîte ZF à 8 rapports s’avère être le compagnon idéal du SUV, en encaissant aussi bien les montées en régime que les descentes. Le système de mode de conduite DNA avec suspensions pilotées permet de jouer avec la sensibilité de la pédale de droite et la dureté de la direction.

©AutoLive

Côté tarifs, l’Alfa Romeo Stelvio démarre à partir de 48 600 euros, en version Super. Notre finition Ti, si chère à la marque, débute à 56 400 euros. Face à lui, l’Audi Q5 40 TDI est affiché à 50.000 euros tandis que le Mercedes GLC 220d 4Matic demande 55.850 euros. L’Italien s’aligne à la concurrence, avec toutefois un style plus séduisant.

L’heure du verdict

Dans ce millésime 2020, le Stelvio gagne en attractivité grâce à ses nouveautés à bord. Désormais, le SUV semble mieux armé malgré un design inchangé. Attendons de voir la version restylée qui ne devrait plus tarder. Toujours aussi bien équipé à bord, l’Italien devient encore plus charmeur, notamment grâce à son bloc 2.2l de 190 ch, capable de procurer des sensations de conduite. Ce qui est assez rare dans son segment…

Retrouvez les notes de la rédaction juste en-dessous ! 


Partagez cette info :

Total
4
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça pourrait vous intéresser
Suivez-nous sur Instagram